Saint-Marcellin.fr

Ville amie des enfants

Logo Ville amie des enfants.jpg


Depuis 2004, Saint-Marcellin dispose du label Ville amie des enfants développé par l'UNICEF et l'Association des Maires de France.

Le titre Ville amie des enfants pour 2014-2020 décerné en juin 2015 par UNICEF France, réaffirme l'engagement de la Ville dans l'application locale de la Convention relative aux droits de l'enfant.


Qu'est-ce qu'une collectivité "amie des enfants"?

Villes, départements et intercommunalités peuvent être partenaires de l'UNICEF France. Ils deviennent alors "ami(e)s des enfants".

Sous l'égide de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), ces collaborations ont pour objectif de servir la cause des enfants. Les collectivités s'engagent à faire plus et mieux pour l'enfance et l'adolescence sur leurs territoires en allant au-delà des compétences légales qui leur sont assignées.

Ces collectivités se caractérisent par la qualité de leurs initiatives et projets dans la vie quotidienne des enfants et des jeunes. Elle innovent par l'existence et le développement d'une démarche de participation et d'écoute, et par la promotion d'un esprit de solidarité internationale. Elles proposent des initiatives pour promouvoir la Convention internationale des droits de l'enfant, et s'engagent autour d'une convention d'objectifs.

"Les collectivités qui souhaitent s'engager aux côtés de l'UNICEF France pour devenir "amies des enfants" le font de manière spontanée et surtout pour confirmer un engagement déjà fort en faveur du bien-être des enfants, des adolescents et de leur famille. On ne devient pas Ville amie des enfants en signant un partenariat avec l'UNICEF, au contraire, on devient partenaire de l'UNICEF parce que l'on est déjà "ami des enfants"."
(Extrait de la publication annuelle Les droits en actions dans les collectivités amies des enfants n°4, octobre 2014)

Les origines de la démarche Ville amie des enfants

La déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée en 1948, et la Convention internationale des droits de l'enfants, adoptée en 1989, engagent les États signataires à garantir à tous les enfants un accès à des conditions de vie et un environnement qui favorisent leur développement et leur bien-être. Ces traités placent donc les villes face à un défi nouveau en ce qui concerne l'installation de services et d'équipements, la participation et l'écoute des enfants et des jeunes, et la solidarité internationale.

En 1996, la Conférence mondiale d'Istanbul sur les établissements humains (Habitat II) prend la résolution de faire des villes des lieux vivables pour tous et déclare que le bien-être des enfants est l'indicateur suprême d'un habitat sain, d'une société démocratique et d'une bonne gestion des affaires publiques.

Dans le sillage de ces dispositions, l'initiative Ville amie des enfants s'est développée avec l'UNICEF à travers le monde, dans plus de 50 pays, et en particulier en France à partir de 2002. Elle offre aujourd'hui un instrument au service de la promotion et de l'implantation des droits de l'enfant dans les villes, environnements les plus proches des enfants, des jeunes et de leurs familles.

Extrait d'UNICEF France 2014 - Guide Ville et intercommunalité amies des enfants
"Une traduction de la mise en oeuvre des principes de la Convention internationale des droits de l'enfant par les élus locaux"

Michèle Barzach, présidente de l'UNICEF France : Redoublons de vigilance pour préserver l'intérêt supérieur de l'enfant

"Notre contexte socio-économique met chaque jour en péril l'équilibre de milliers de jeunes. L'UNICEF France et les collectivités locales ont un rôle à jouer dans ce contexte difficile. Notre vigilance doit redoubler pour préserver l'intérêt supérieur de l'enfant et permettre l'épanouissement de notre jeunesse dans un environnement de bienveillance et de confiance des adultes. Le mandat 2014/2020 devra, plus encore que les précédents, être celui de la prise de conscience et de l'action.

Aujourd'hui, et grâce à un partenariat actif depuis 2002, l'innovation locale en faveur des enfants et des adolescents est portée par plus de 200 villes, 7 départements et prochainement par des intercommunalités. Incubateur de bonnes pratiques destinées à tous les enfants et les adolescents, et en particulier aux plus vulnérables d'entre eux, le réseau des collectivités amies des enfants ne cesse de se réinterroger et d'évoluer. Sa richesse réside dans sa détermination mais surtout dans ses résultats concrets, mesurables."

Les actions pour la jeunesse à Saint-Marcellin