Saint-Marcellin.fr

Education

Vie scolaire

Ecole du Centre.JPG

La Ville gère l'ensemble des établissements scolaires maternels et élémentaires ainsi que la restauration et l’accueil périscolaire. Le secteur scolaire représente d'ailleurs une des parts les plus importantes du budget de la commune et mobilise tous les jours plus de 50 agents.

Au-delà de ces compétences obligatoires, la Ville de Saint-Marcellin a également développé, en partenariat avec l’Éducation nationale, de nombreuses actions sur le temps scolaire permettant aujourd’hui aux enfants de s’initier aux sports, aux nouvelles technologies, et ainsi de mieux appréhender leur environnement naturel et culturel… La Ville, membre du réseau des Villes éducatrices, a choisi de conforter cette politique éducative en mettant en place un ambitieux Projet éducatif local (PEL) pour mettre en cohérence toutes les actions entreprises en faveur de l’enfance et prendre en compte plus globalement la journée de l’enfant dans une démarche de coéducation.

L'école en chiffres

- Plus de 2 000 élèves scolarisés de la maternelle au lycée au sein des établissements scolaires de la commune.
- La Ville de Saint-Marcellin consacre plus de 20 % des dépenses d'exploitation au secteur scolaire. Si une partie de ce budget est alloué aux moyens directs apportés aux écoles (fournitures scolaires, personnel ATSEM…), le reste des dépenses concerne de nombreux domaines : l’entretien des bâtiments (maintenance, fluide…), la restauration scolaire, les services d’accueil périscolaire, les activités en milieu scolaire (sport, éducation à l’environnement, classes transportées, projets culturels…).
- 7 établissements maternels et élémentaires publics et privés
- 3 établissements du secondaire
- 1 centre médico-scolaire

Saint-Marcellin dans le réseau des Villes éducatrices

Ville educatrice.JPG

Les Villes éducatrices ont pour objectif commun la réalisation de projets et d’activités destinés à améliorer la qualité de la vie de leurs habitants.

En savoir +

pel.jpg


Un PEL élaboré pour, plus que jamais, tirer parti de toutes les ressources du territoire et créer des synergies pour garantir une plus grande continuité éducative entre les projets des écoles et les activités proposées aux élèves en dehors du temps scolaire… et offrir ainsi à chaque enfant un parcours éducatif cohérent et de qualité.

Réforme des rythmes scolaires : une grande concertation

Cette réforme s'inscrit dans le cadre de la loi sur la refondation de l'école et en constitue l'un des premiers actes. Elle est axée sur la réussite des enfants à l'école primaire qui, depuis la mise en place de la semaine de quatre jours en 2008, subissent des journées longues et chargées, inadaptées à leurs rythmes biologiques.
Dans le cadre de cette réforme, la Ville de Saint-Marcellin a souhaité construire collégialement les propositions d’évolution du rythme scolaire, en mobilisant tous les partenaires éducatifs du temps de l’enfant (parents, enseignants, agents communaux, associations, professionnels) invités à participer à la définition de la future organisation de la semaine scolaire dans le cadre d'une concertation qui s'est déroulée en trois temps :

  • informations et échanges avec l’ensemble des acteurs éducatifs en février 2013 ;
  • réalisation d'une enquête via un questionnaire auprès des parents, des enseignants et des agents territoriaux en mars 2013 ;
  • lancement de l'élaboration d’un Projet Educatif Local (PEL).

La décision de la Ville de reporter la nouvelle organisation des rythmes scolaires à la rentrée scolaire 2014-2015 a été orientée par les résultats de cette enquête : 69 % des personnes y étaient favorables. En juin 2013, la Ville organisait les Assises de l'Education avec la présence exceptionnelle de Claire Leconte, professeur de psychologie en éducation et spécialiste de chronobiologie. Cette soirée riche en débats a permis d'aborder tous les enjeux éducatifs et de souligner l'importance du PEL.

Délibération 26 mars 2013 - réforme rythmes scolaires[pdf] 1.75 Mo
Assises Education 12 juin 2013[pdf] 881.25 Ko
maquette horaire 2014.jpg

Concrètement, à partir de septembre 2014, la journée sera organisée autour de quatre grandes séquences :

  • une matinée scolaire de 3 h 30 qui débutera à 8 h 30 pour s’achever à 12 h,
  • une après-midi scolaire de 1 h 45 qui reprendra à partir de 14 h avec un accueil possible dès 13 h 30 pris en charge par la Ville,
  • une pause méridienne de 2 heures pour les élémentaires et les maternelles,
  • le mercredi matin débutera à 8 h 30 avec 3 h de classe.

L’accueil des enfants organisé par la Ville sera proposé de 7 h à 8 h 30, de 12 h à 14 h (ou de 13 h 30 à 14 h) et de 15 h 45 jusqu’à 18 h. Les activités périscolaires seront définies en fonction d’orientations issues d’un travail collectif qui débutera au début de l’année 2014, en cohérence avec les objectifs du PEL. Et ce, avec l’acquis de la diversité des activités sportives et culturelles proposées dans le cadre d’une politique périscolaire qui privilégie depuis de nombreuses années la qualité.

Lors de ce conseil des écoles extraordinaire, auquel participait Mme Piquette, inspectrice de l'Éducation Nationale, Jean-Michel Revol, aux cotés de Mmes Pellini et Aloui, a remercié l’ensemble des personnes engagées dans cette démarche de concertation que la Ville a souhaité organiser avec tous les acteurs éducatifs. Il a rappelé les enjeux de cette réforme des rythmes scolaires qui s’inscrit dans le cadre de la refondation de l’école avec pour objectif la réussite éducative. « Ces propositions répondent aux besoins des enfants avec un allongement de la matinée afin d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves. De plus, nous serons tous mobilisés pour faire en sorte que la pause méridienne soit un vrai temps calme, notamment pour les enfants des maternelles qui seront accueillis à partir de 13 h 30 pour débuter une sieste, respectant leur rythme. »

Jean-Michel Revol a également évoqué une restauration scolaire de proximité pour l’école élémentaire du Stade dont le projet pourrait se situer au sein du club house du club de rugby, en face du groupe scolaire : « une solution idéale pour l’amélioration de la qualité de l’accueil de tous les élèves d’élémentaire durant la pause méridienne et qui s’inscrit dans les orientations de l’Agenda 21 de la ville. »