Saint-Marcellin.fr

Mémoire

Fêtons le centenaire de l'Armistice !

  • 11 novembre à 11 h : Cérémonie de L’Armistice à Saint-Marcellin - Monument aux morts de Saint-Marcellin
  • Jeudi 15 novembre à 20h - Projection du film documentaire Elles étaient en guerre, de Fabien Béziat, et Hugues Nancy, (2014). 90 mn - Cinéma Les Méliès à Saint-Marcellin
  • Vendredi 23 novembre à 18h30 : Conférence Les étrangers dans la Grande Guerre - Espace Saint-Laurent à Saint-Marcellin, Événement proposé par la Médiathèque de Saint-Marcellin en partenariat avec la Biennale Traces 2018 « Monde en migration »

Les soldats du monument aux morts de Saint-Marcellin - Qui étaient-ils ? 

Un document essentiel dans lequel vous découvrirez des précisions sur les 114 soldats morts pour la France durant la Grande Guerre et qui ornent aujourd'hui le monument aux morts de la Ville.

Un document réalisé par le groupe REMPART.

14-18.pdf[pdf] 2.07 Mo
Statistiques.pdf[pdf] 307.2 Ko

Vous êtes un descendant de l'une de ces personnes et vous avez des informations à nous fournir sur votre ancêtre ? Que ce soit la précision d'un nom, un mariage, des lettres, un objet, ... Faites-vous connaître en mairie au niveau du service communication (1ère étage)

Témoignage

Témoignage du petit-fils d'Antoine Thibaudier, lieutenant de vaisseau, tué à l’ennemi le 1er décembre 1916, à l’âge de 35 ans

Cuirass Republique.jpg

Antoine Thibaudier embarque sur le vaisseau-école Borda à l’âge de 16 ans, en 1897, à Brest. Il en sort deux ans plus tard pour être affecté sur différents bâtiments de la marine nationale. Il se marie en 1908 à Ste Maxime (Var) et suit les cours de l’école des fusiliers-marins à Lorient, fusiliers-marins qui devaient s’illustrer sur le front de l’Yser, en Belgique, en octobre 1914.

En 1916, le lieutenant de Vaisseau Thibaudier embarque sur le cuirassé République comme chef de la Compagnie de débarquement, entraînée pour le combat à terre si celui-ci s’imposait. Il a 35 ans.

La République est envoyée devant Athènes au milieu de l’année 1916 pour obtenir l’engagement sans équivoque de la Grèce aux côtés de la France et de l’Angleterre. Le Gouvernement grec était de notre côté, mais le Roi et l’opinion publique étaient soumis à une très forte influence turque et allemande.

C’est le 30 novembre 1916 au soir, il y a 102 ans, que le lieutenant de vaisseau Thibaudier reçoit l’ordre de débarquer le lendemain avec sa compagnie entre Le Pirée et Athènes. En possession désormais du plan de l’opération militaire, il l’étudie et comprend qu’il sera tué très vite. Il en fait part à l’aumônier du bord.

Le débarquement s’opère tôt le matin, vers huit heures, le 1erdécembre. La compagnie est accueillie par un feu nourri. Thibaudier traverse le premier la passerelle qui enjambait un ravin et conduisait au chemin menant à Athènes. Se retournant pour voir où en sont ses hommes, il s’aperçoit qu’il est seul. Il revient alors en arrière pour les encourager et c’est là, revenu à son point de départ, qu’il reçoit en plein cœur la balle mortelle.

Il meurt presque sur le coup, ayant eu le temps de marquer d’un signe de tête qu’il était conscient de recevoir l’absolution. Cette absolution lui était donnée par l’aumônier du bord, qui avait tenu à débarquer avec la compagnie et qui le suivait de près.

Avec lui sont morts une soixantaine de marins, soit la moitié de la compagnie, au cours d’une opération qui a duré jusqu’au soir. Selon les témoignages spontanés des matelots, quartiers-maîtres et officiers-mariniers apportés à sa veuve au cours des années suivantes, aucun n’y allait de gaieté de cœur, aucun n’a hésité à faire le sacrifice de sa vie.

Antoine Thibaudier était le 2ème garçon d’une famille qui comptait 5 enfants dont une fille. Trois garçons devaient être emportés par la Grande Guerre, Antoine le premier puis deux autres, simples soldats. Deux garçons devaient être emportés par la Grande Guerre, Pierre, simple soldat, le premier puis Antoine. Tous les deux ont donné leur vie, c’est-à-dire pour nous tous, comme tant d’autres, officiers, sous-officiers, hommes de troupe confondus.

Antoine Thibaudier était (le frère de) mon grand-père maternel. Ii laissait quatre enfants, quatre filles. Il est enterré à St Marcellin.